30 août 2010

Il faut toujours un début.

Je ne vous raconterai pas ici mon année de PE1. Je ne vous raconterai pas comment j'ai bossé comme une malade, à quelle point cette année a été difficile mais aussi la plus enrichissante de toutes mes années scolaires/étudiantes, du point de vue professionnel comme humain.
Je ne vous raconterai pas les épreuves du CRPE (Concours de Recrutement des Professeurs des Ecoles pour les novices, il va falloir vous habituer aux acronymes, l'Education en raffole).
Je ne vous raconterai pas l'attente des résultats, les résultats, le bonheur éprouvé, pour soi, pour certains autres, et la déception ressentie pour d'autres encore.

Non, ici, je vais vous raconter mes débuts en tant que professeur des écoles. J'ai envie de donner envie. J'ai envie de partager ces petits moments que l'on peut seulement raconter à des amis un peu compréhensifs et qui acceptent que vous les saouliez trente minutes avec 'vos histoires de boulot'. Ou à des amis eux-mêmes enseignants débutants, capables de s'extasier comme vous sur ces petites choses.

Et puis si ça n'intéresse personne, et bien tant pis, au moins j'aurai effectué ma catharsis quotidienne.

Je suis loin d'être une grande littéraire, et j'ai donc choisi d'utiliser comme support et prétexte cet outil de l'enseignant qu'est le cahier journal.

Tous les enseignants en connaissent le principe. Tout enseignant en tient un, il y note quotidiennement les activités menées avec ses élèves afin de garder une trace, pour sa propre mémoire, pour un éventuel remplacement, pour une éventuelle inspection. C'est un document officiel, obligatoire à tout enseignant, et lorsqu'on le parcourt on se rend compte que ce métier demande beaucoup de travail de préparation, de mise en œuvre, pour faire progresser ces petites choses bizarres que sont les enfants. C'est parfois un métier difficile, et peu considéré aux yeux de la société.

Mais ce cahier journal oublie parfois de raconter toutes ses petites choses qui font que ce métier est aussi, parfois, souvent, une source de nombreux petits bonheurs.


Alors corrigeons ici cet oubli du cahier journal 'officiel'.

Posté par Youngschoolgirl à 19:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Il faut toujours un début.

Nouveau commentaire